Inclusif plutôt qu’exclusif, le véganisme laisse libre à chacun de s’y reconnaître sans offenser. Les choix sont des prises de position et définissent la personnalité, y renoncer c’est perdre de sa liberté.

 

Le fait de ne pas manger la même nourriture que tout le monde marque assurément la différence. Il peut apparaître une gêne, généralement occasionnée par les autres. Le tact ne fait malheureusement pas partie des qualités les plus répandues. La tolérance et le bon sens viennent rapidement à bout de ces désagréments. Souvent, un autre style d’alimentation suscite la curiosité, surtout si au lieu de simplement supprimer une partie des aliments du repas, on y ajoute, des associations surprenantes ou tout simplement des aliments peu connus. C’est alors que l’assiette se transforme en terrain d’expérimentation, et peut même devenir à défaut d’être reconnue de tous, l’objet de convoitises insoupçonnées. Elles peuvent être hautes en couleurs, en textures, en forme et plus encore, les seules limites étant la créativité, l’imagination.

Contrairement aux idées reçues, au lieu d’ostraciser la cuisine végane rassemble. Elle est une solution réelle à l’exclusion par la nourriture en incluant tout le monde (activistes, religieux et allergiques). Elle est d’ailleurs à l’avant-garde des innovations alimentaires incluant toujours plus les intolérances liées à certains composés comme le lactose, le gluten ou encore le soja.