Chantier Poêle Fusée Inertie à Surzur

La semaine dernière, APALA s’est rendue à Surzur. Hugues nous a accueilli dans sa maison en cours de rénovation pour y installer un poêle fusée inertie.

L’entraide et la convivialité étaient au rendez-vous puisque nous avons fait appel à Twiza pour l’organisation d’un chantier participatif ! Au total, 6 personnes sont venus nous prêter main forte sur ce chantier. L’occasion de discuter de cette solution innovante que représente le PFI.

La petite surprise du chantier a été la découverte des pierres de granite qu’Hugues s’est procuré. Ces gros moellons proviennent d’une vieille cheminée pierre, c’est donc en toute cohérence qu’ils retournent à leur usage premier !

La suite de la maçonnerie s’est déroulée comme prévu avec les BTC (briques de terre compressées). Facile à découper, cette expérience nous conforte dans l’idée de travailler avec ce matériau d’avenir.

Le foyer de combustion, qui avait été préalablement moulé en atelier, a pris sa place sur le trône et pour un moment ! L’accastillage (cadre+porte+canal d’arrivée d’air secondaire) lui aussi avait été réalisé en amont par Soudure Atypique, à Ploermel.

Il aura fallu 4 jours pour monter ce poêle de masse. Il ne reste plus qu’à enduire les BTC et raccorder le conduit à l’évacuation extérieure pour que la maison passe son premier hiver au chaud.

Plus d’infos sur le PFI : ici

 

Correspondances avec Jean-Marc JANCOVICI

Nous avions adressé la lettre ouverte suivante à Jean-Marc JANCOVICI, Ingénieur conseil en énergie et en climat, chef d’entreprise, enseignant, conférencier, auteur et chroniqueur indépendant, cofondateur de Carbone 4 et des Entretiens de Combloux, président du think tank The Shift Project, auteur et concepteur initial du bilan carbone de l’ADEME :

Nous l’avons relancé via un nouveau mail (à la suite) et avons reçu la réponse tant attendue.

 

Bonjour M. JANCOVICI,

Tout d’abord, je vous remercie pour votre réponse ainsi que pour le lien vers le manifeste.

Concernant la question de l’élevage, son impact semble tout de même minimisé. Responsable de 70 à 80% des émissions directes du secteur agricole, celles-ci dépassent le périmètre du « secteur agriculture » lui-même si les émissions globales sont considérées. Comment et surtout pourquoi ne pas en rendre compte ?

Au risque de me répéter, nous souhaiterions connaître les émissions réelles dues au secteur de l’élevage car :

il serait responsable de 14.5% des GES selon la FAO mais 51%* selon le World Watch Institute qui affirme prendre en considération  la  respiration  du  cheptel  mondial.
Sur  votre  visuel  « Décomposition  des émissions mondiales en 2014 » 20% des émissions sont impactées à l’agriculture en générale et 8% à la déforestation. Or toujours selon la FAO, l’élevage est responsable de 70% de la déforestation actuelle.
Alors, quelles sont réellement les émissions imputables à l’élevage ?

Vous mentionnez en premier lieu la fermeture des centrales à charbon, la rénovation des bâtiments puis l’amélioration des moyens de transports. Ne serait-il pas préférable de mentionner l’impact positif considérable qu’aurait un changement de comportement alimentaire en faveur du végétal ?

Encore merci pour votre réponse,

Je vous souhaite une agréable fin de semaine,

Bien cordialement

 

 

Bonjour

Avec retard, la réponse est qu’il faudra tout faire en même temps 🙂

Sur la part de l’élevage dans les émissions mondiales, il faut sommer les émissions directes du cheptel (rumination, déjections), celles de la culture des céréales qui alimentent les bestiaux (protoxyde après épandage des engrais, diesel des tracteurs), voire de fabrication des engrais N pour la culture des céréales qui alimentent le cheptel, et enfin la déforestation amont clairement imputable à l’alimentation animale (pâturages, soja).

A vue de nez, j’accepte l’idée que ca fait une moitié au moins.

La respiration n’entre pas en ligne de compte (attention à ne pas confondre avec rumination). La respiration restitue à l’atmosphère, sous une forme oxydée, le carbone contenu dans les plantes mangées par l’animal, et ce carbone provient… de l’atmosphère. C’est donc un cycle fermé.

Bien cordialement/Best regards

Jean-Marc Jancovici

Curriculum vitae du Bois

Il fut un temps…

Où le bois couvrait l’essentiel des besoins énergétiques de l’Homme… La coupe de bois faisait partie des baux ruraux… L’on taillait les arbres en trognes (ou têtards, cf. bas de page) pour assurer son stock de bois sans abattre les arbres. L’on tractait des fagots de bois dans toute les campagnes…

Avec l’efficacité des cheminées de l’époque, on ne chauffait que quelques pièces mais un certain équilibre opérait entre les arbres et les hommes.

Bocage

Puis…

Il y a eu les énergies faciles fossiles et le nucléaire, l’ère industrielle, les machines-outils, la tronçonneuse, le tracteur, etc. Bien entendu, le bois et le travail physique qu’il implique perd à ce moment sa valeur.

Révolution verte oblige, il a fallu faire face aux vagues de remembrements de biens ruraux. Les haies bocagères assurant la frontière entre les parcelles sont supprimées, leur potentiel bois-énergie avec.

Remembrement ? (Wikipédia)

« En regroupant des parcelles de faibles superficies ou trop dispersées pour être facilement exploitables, le remembrement veut réduire les temps et coûts d’exploitation, faciliter et optimiser le travail de l’agriculteur en limitant ses déplacements et transports et en adaptant le parcellaire et la topographie aux techniques et engins agricoles modernes (mécanisation, engins plus grands et plus lourds tels que grands tracteurs et moissonneuses batteuses). »

« Environ 15 millions d’hectares ont été remembrés à ce jour ; ces remembrements successifs ont affecté avant tout les paysages d’openfield et, dans un second temps, les paysages de bocages, supprimant près de 750 000 km de haies vives. »

« Ces procédures ont souvent été critiquées pour avoir été la cause d’une destruction massive et non compensée du bocage et des réseaux de talus, ainsi que des réseaux de fossés, de mares et de micro-zones humides qui constituaient une trame verte fonctionnelle, écologiquement et agronomiquement utile en abritant de nombreux auxiliaires de l’agriculture. »

 

Aujourd’hui…

Ce que l’on sait sur la filière bois-énergie (source: ADEME):

  • C’est encore la première source d’énergie renouvelable consommée en France, en Europe et dans le monde.
  • Peu émettrice de CO² : en chauffage domestique, en France, avec l’hypothèse que le carbone émis à la combustion est compensé par du CO² capté lors de la croissance des plantes, il émet 11 fois moins de CO² que le fioul, 4 fois moins que l’électricité et 5 fois moins que le gaz
  • Compétitive : pour un logement, le prix du bois bûche est en moyenne 2 fois moins cher que le gaz naturel et près de 3 fois moins cher que le fioul
  • Créatrice d’emplois : la filière bois représente en France l’équivalent de 60 000 emplois, dont une part importante (36 000 emplois) pour l’approvisionnement c’est-à-dire des emplois locaux et non délocalisables. Le bois peut donc aisément favoriser le développement local
  • On peut facilement stocker le bois sous différentes formes
  • Son exploitation rationnelle améliore le gisement

Sans parler des connaissances sur la physiologie de l’arbre, ses innombrables fonctions : écologiques bien sûr, mais également sociales, économiques, esthétiques, et urbanistiques. Parmi tant d’autres : l’arbre purifie l’air, lutte contre l’érosion du sol, améliore la qualité de l’eau, protège contre la chaleur, contre le bruit, produit des fruits, possède des vertus médécinales, représente un moteur économique, etc.

 

Et demain ?

Ce que l’on peut souhaiter pour l’avenir des arbres et de la filière bois-énergie, c’est :

  • une gestion forestière toujours plus raisonnée,
  • une production/consommation locale,
  • un essor de l’agroforesterie* (définition en bas de page),
  • une émergence de réseaux responsables tel que RAF Alternatives Forestieres,
  • un retour à la pratique de l’émonde*,
  • et bien sûr des moyens de chauffage toujours plus performants !

 

 

« Partout où l’arbre a disparu, l’homme a été puni de son imprévoyance. »   Chateaubriand

 

* L’agroforesterie est un mode d’exploitation des terres agricoles associant des plantations d’arbres dans des cultures. A la clé, c’est entre autres une meilleure production des parcelles, une fertilité du sol retrouvée, une meilleure qualité de l’eau, ainsi qu’une multiplication des biotopes pour accueillir faune et flore.

* La pratique de l’émonde qui consiste à prélever les branches de façon périodique pour stimuler l’arbre dans sa production de bois. Davantage de bois de chauffage et du bois d’œuvre de meilleure qualité. Cette pratique est ancestrale mais peine à retrouver son sens dans le monde actuel. Les collectivités seraient

 

Source:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Remembrement

http://ademe.typepad.fr/files/avisademechauffageboisetqa_octobre2013-1.pdf

https://arboquebec.com/importance

http://www.agroforesterie.fr/index.php

http://alternativesforestieres.org/

http://www.agroforesterie.fr/base/presse/upload/2013/La-trogne-est-par-excellence-larbre-de-la-modernite.pdf

La parole aux fumées de combustion…

C’est avec hâte que nous sommes retournés à la Grée-Saint-Laurent (56) la semaine dernière. Objectif : Analyser les fumées de combustion du PFI réalisé en mai de cette année !

 

 

 

 

 

Pour ce faire, Hase (le fabricant de poêles à bois) nous a soutenu dans notre démarche en nous mettant à disposition leur analyseur de combustion. Merci à eux au passage.

La machine se présente sous la forme d’un « multimètre » équipé d’une sonde pour atteindre le flux de fumées dans le conduit. L’outil est capable de quantifier les principaux composants de fumées de combustion, à savoir : l’oxygène O², le dioxyde de carbone CO², le monoxyde de carbone CO, la température des fumées, ainsi que le rendement associé.

Nous avons fait l’acquisition semi-manuelle de 3 flambées de 1h30 chacune.


La combustion des 3 kg de chargement a duré en moyenne 1h45. La température des fumées a atteint des valeurs maxi de 220 °C avec une moyenne de 150 °C, idéal pour chauffer cette banquette !
Le rendement de la combustion a oscillé entre 82 et 97 %. Une combustion optimale (quasi complète) pour un faible dégagement de polluants et un encrassement minimal des conduits !

Le riser, ou baril rayonnant, a été équipé d’un thermomètre magnétique qui nous a permis d’observer sa montée en température durant la flambée. Observez par vous mêmes les 3 graphiques résultants :

Le PFI de Couesbout

APALA vient de finaliser un PFI dit « Autonome » à La-Grée-Saint-Laurent (56).

 

  • Autonomie augmentée (corps de chauffe fermé par une porte, augmentation du volume de chargement),
  • Corps de chauffe isolé en briques réfractaires isolantes,
  • Clapet by-pass améliorant le tirage à l’allumage.