Une multitude de solution techniques en tout genre existent, tant complexes qu’inaccessibles, elles ne tiennent quasiment jamais compte de l’environnement. Le green-washing accentue l’effet pervers du danger que représente déjà la croissance, peu importe sa couleur. Nous vivons dans un monde fini et nous devons nous en tenir là, dans un soucis d’équité. Adapter toujours plus la planète à nos usages nous a conduit à une nouvelle ère. Le devoir moral nous astreint à la réalité de l’anthropocène.

Souvent plus éthiques, les alternatives se multiplient et se développent à grande vitesse. L’économie quaternaire est arrivée et annonce un changement de paradigme. L’énergie est à la révolution ce que la lymphe est à l’Homme, essentielle. Elle permet l’indépendance. Émancipatrice elle est inhérente à la notion de confort, produit de la liberté. Plaider pour l’autonomie énergétique, c’est vouloir se donner les moyens de sa liberté.

Les paysages ultra détériorés, atomisés sont des symboles de notre folie, dont les effets létaux s’accroissent à mesure que nos technologies s’affinent. Prenons pour preuve l’extraction des terres-rares, indispensables à la fabrication de tous les objets technologiques high-tech (écrans, ordinateurs, télévisions, portables…), des voitures hybrides/électriques et surtout des aimants permanents présents dans les génératrices éoliennes. Le néodyme et le dysprosium augmentent leur puissance et leur longévité. Selon Jean-Marc NOLLET, ministre du développement durable et de la fonction publique de l’actuel gouvernement Wallon, de 0,5 à 1 tonne de terres rares est utilisée par mégawatt éolien. Le magasine scientifique du service publique ATHENA 277 affirme lui, que pour les aimants d’une turbine éolienne de 3MW, 2 tonnes de terres rares sont nécessaires. Il se trouve que l’extraction et le raffinage nécessaire rejettent des métaux lourds, de l’acide sulfurique ainsi que des éléments radioactifs tels que l’uranium et le thorium dans notre très cher environnement. D’après M. Su Bo, vice-ministre de l’Industrie et des Technologues de l’Information chinois, il faut injecter sept ou huit tonnes de sulfate d’ammonium dans le sol pour extraire une tonne d’oxyde. Les conséquences écologiques épouvantables de la production ont entraîné la plupart des pays à renoncer à leur extraction mais non à leur utilisation ! C’est ainsi que la Chine assure plus de 95 % de l’offre de terres-rares sur la planète et souhaiterait aujourd’hui ne plus assumer seule les conséquences écologiques d’une telle exploitation. La radioactivité mesurée dans les villages de Mongolie Intérieure proches de Baotou (région qui assure les 3/4 de la production de Chine et donc quasiment mondiale) est de 32 fois supérieure à la normale (contre 14 à Tchernobyl). Cancers (70 % de mortalité), malformations à la naissance et chute de rendement des récoltes habitent désormais le quotidien de la région sacrifiée.

Beaucoup des nouvelles applications de ces terres-rares ont une finalité environnementale affirmée, et par conséquent relèvent d’une responsabilité qui effectivement, leur fait défaut. Pouvons-nous continuer à nous équiper en nouvelles technologies, soit disant moins polluantes, plus efficaces où moins énergivores tout en cautionnant l’atomisation de régions éloignées, où devons-nous trouver des solutions enfin soutenables ? Ne serait-ce pas irréaliste et inadapté de croire en un unique exutoire sacrificiel plutôt que de reconsidérer des solutions techniques émancipatrices en partageant un bon sens fédérateur ? Éthique et raison sont les maîtres-mots. Il en va de notre dignité. Nous nous voulons civilisés et cohabitons sur la Terre, à nous de mettre en œuvre les moyens d’y parvenir !